Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Cultureculture.be

Art Antwerp 2022

24.10.2022 13:39 Il y a : 42 days

La Fédération Wallonie-Bruxelles présente "Daily Idylls" de Aleksandra Chaushova & Zinaïda Tchelidze - Curatrice : Pauline Hatzigeorgiou / SB34.


Image d'archive trouvée, datée au verso de 1969

À l’occasion de la seconde édition de la foire d’Art Antwerp, créée dans le sillage d’Art Brussels, l’Administration générale de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles y occupe un stand. Cette présence poursuit l’objectif de contribuer à la diffusion du travail de ses artistes, tant sur le plan national qu’international. Sur base d’un appel lancé par la Direction des Arts plastiques contemporains, le projet Daily Idylls, porté par la commissaire Pauline Hatzigeorgiou et les artistes Aleksandra Tchelidze et Zinaïda Tchelidze, a été désigné par un jury d’experts et expertes.

Daily Idylls propose une rencontre inédite entre des pratiques qui, au gré de moyens visuels certes bien distincts - dessin pour l’une et installation pour l’autre - présentent de nombreux points de jonction. Les deux artistes ayant chacune élu domicile à Bruxelles il y a une douzaine d’années à la suite d’un programme d’échange, leurs parcours sont ainsi marqués tant par les contextes politiques et économiques de leurs pays d’origine respectifs que par l’expérience de ces déplacements achevés. Aussi la transition, notion plurielle, tout à la fois concept historique, phénomène collectif et expérience personnelle, se révèle être une source récurrente de leurs pratiques. Elles nous plongent ainsi dans l’épaisseur et les contradictions d’une transition qui semble buter sur sa promesse, hantée par son propre reflet. 

Le projet Daily Idylls s’articule plus précisément autour de leur intérêt partagé pour l’objet industriel, son implication dans une économie symbolique, et notamment la part de fantasme qu’il nourrit dans les imaginaires politiques. Moteur, ou vecteur, de la culture postmoderniste, cet objet à priori anodin y est manipulé, scruté ou encore analysé pour en démonter le sens, le statut, la valeur, la circulation, l’usage. Poursuivant l’hypothèse d’une « vie sociale des choses », elles y font part de perspectives singulières, marquées tant par leurs expériences du postcommunisme et de la migration, que par ce qui s’exprime à leurs bordures. 

Daily Idylls fait intervenir une série de jeux d’échelles et de polarités troublées entre espace public et espace domestique, projections et intériorités, mais aussi entre utilité et symbolisme, neutralité et subjectivité, mutations et statuquos. Les œuvres communicantes voient rivaliser la tradition de l’appropriation et celle du tracé expressif comme autant de retraits feints sur la trivialité du quotidien. Aleksandra Chaushova présente de nouveaux dessins de la série Burotica entamée il y a quelques années, où elle portraiture des objets de bureautique à la recherche de l’expression minimale de l’autorité bureaucratique. Zinaïda Tchelidze propose, quant à elle, une nouvelle version d’une œuvre récente, House of Cards, où des châssis de fenêtres pliés et dépliés évoquent par la force du jeu des mécanismes de défiance.   

Inexorables, ces pièces sont traversées par des effets d’une frontalité aveugle, d’une confiance énigmatique. Sous le mutisme de ces objets utilitaires – objets trouvés pour Zinaïda Tchelidze, objets reproduits pour Aleksandra Chaushova –, c’est une trajectoire historique sous-jacente qui paraît alors s’esquisser pour ces sujets. Les deux artistes nous interrogent sur ce qu'il persiste de l’idylle après la fin des utopies.  

Aleksandra Chaushova (née en 1985 à Sofia en Bulgarie), vit et travaille à Bruxelles. Après un Master en gravure réalisé à Sofia, elle a obtenu un Master à finalité approfondie à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles en 2012, qu’elle a complété par un Doctorat en Art et Sciences de l’art mené en partenariat avec l’ULB et La Cambre, école d’art où elle enseigne actuellement dans le département de Dessin. Son travail trouve souvent son point de départ dans des archives et des documents : des représentations médiatiques dans des journaux, des archives architecturales, des entretiens qu’elle réalise elle-même ou, plus récemment, des brevets. Elle privilégie le dessin comme moyen d’expression pour sa propension à subvertir les conventions qui déterminent un document en tant que tel, y effectuant une sorte de parasitage où des vrais documents s’entremêlent avec ses propres dessins. Ses œuvres récentes mettent en question des thèmes de pouvoir, de production et d’économie. Dans ses œuvres, elle explore fréquemment le sentiment d’inquiétude sous-jacente, caché au sein des images. 

Zinaïda Tchelidze (née en 1982 à Tbilissi en Géorgie) vit et travaille à Bruxelles. Elle a obtenu un Master en arts visuels, en gravure et en AESP, à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles en 2008. Sa pratique variée peut se résumer à des actes d’engagement, posés de manière différente tout au long de son parcours et selon les lieux : de collaborations presque symbiotiques avec d’autres artistes dans le cas de ses projets Pink Cloud et Golden Boy, en passant par une implication profonde autour de son sujet de recherche pour son installation Flat Library. Le processus de création de Zinaïda Tchelidze consiste à s’inscrire dans un site spécifique et à choisir judicieusement parmi différents matériaux – objets trouvés ou de fabrication personnelle – dans le but d’élaborer un commentaire artistique sur un sujet auquel elle s’est initialement intéressée. Au lieu de suivre un cheminement artistique classique qui consisterait à maîtriser un médium ou une technique afin de s’en servir pour représenter un sujet, Zinaïda Tchelidze commence par aborder son sujet par la méthodologie du travail, par le processus, qui feront ensuite émerger les choix de la matière et du médium.

« Pour cette seconde édition de « Art Antwerp » à laquelle est associée la Fédération Wallonie-Bruxelles, je suis ravie de pouvoir mettre à l’honneur des artistes féminines évoquant à travers leurs œuvres leur passé sous d’autres contrées européennes. Plus que jamais, aujourd’hui, il faut affirmer l’importance de ressouder les populations, au-delà des frontières et à travers nos cultures comme des promesses de découvertes et d’avenir commun », indique la ministre de la Culture Bénédicte Linard.

Informations pratiques 

Du jeudi 15 au dimanche 18 décembre 2022.

Ouverture sur invitation le jeudi 15 décembre – preview de 11h à 16h. Vernissage de 16h à 21h (en présence des artistes et de la curatrice).

Journées publiques les vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 décembre de 11h à 19h.

Stand A02

Antwerp Expo

Jan van Rijswijcklaan 191

2020 Antwerpen

www.sb34.org

Contacts

Curatrice : Pauline HATZIGEORGIOU – paulinehatzi(at)gmail.com - 0473 690 472

Cabinet de la Ministre : Lauriane DOUCHAMPS - lauriane.douchamps(at)gov.cfwb.be  - 0478 98 59 96

Administration générale de la Culture : Vanessa PITAELS - presse.culture(at)cfwb.be  – 0499 54 38 14 


Accès vers les informations liées à la crise sanitaire Covid-19
soutien aux opérateurs culturels touchés par la crise énergétique
soutien aux opérateurs culturels touchés par les inondations du mois de juillet 2021
Accès au Focus 2019, le rapport annuel de l'Administration générale de la Culture