Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

Cultureculture.be

Audiovisuel et médias
Plusieurs documentaires belges francophones à Hot Docs

Actu

Plusieurs documentaires belges francophones à Hot Docs

Le Festival International canadien du documentaire Hot Docs a révélé, ce mardi 19 mars, le programme officiel de sa 26ème édition. Parmi les films sélectionnés, 5 films belges francophones y seront présentés.

Présenté dans la section “Artscapes” et réalisé par Elodie Lélu, Lettre à Théo replonge le spectateur au coeur des méandres de la crise grecque. L’histoire est celle de Théo Angelopoulos, cinéaste mort le 24 janvier 2012, renversé par une moto, sur le plateau de tournage de son dernier film. Elodie Lélu raconte : “Il était entouré de son équipe dont je faisais partie. Dans ce film inachevé, il racontait les destins des victimes de la crise grecque. Ironie du sort, les ambulanciers censés le secourir sont tombés en panne, les restrictions budgétaires ne leur permettant plus d’entretenir leurs véhicules. C’est la crise elle-même qui a tué Théo. Dans une lettre filmée que je lui adresse, je retourne en Grèce. Et la liste des victimes de la crise n’a cessé de s’allonger, cette misère répondant à une autre que Théo avait senti venir : celle de l’arrivée massive de réfugiés qui se retrouvent piégés en Grèce avec la fermeture des frontières.
Pourtant, une résistance citoyenne s’organise chaque jour pour faire sortir de l’ombre ceux qui sont aujourd’hui menacés d’effacement.”
 
Produit par Iota Production, ce documentaire a été réalisé en coproduction avec Wallonie Image Production. Avec le soutien du Centre du Cinéma de la Fédération Wallonie Bruxelles, Média développement et Shelter prod, Taxshelter.be.
 
Second documentaire présenté dans la section “Artscapes” et produit par Iota Production, Faites sortir les figurants de Sanaz Azari. Le figurant, c’est cette silhouette sans rôle, sans nom et sans voix qui traverse les décors pour que les scènes d’un film paraissent « vraies ». Autant d’archétypes fragmentant le peuple en multiples communautés. Mais qui se cache réellement derrière ces « étiquettes », quels humains, quelle part d’humanité, quel peuple ?
 
Le film a été réalisé en coproduction avec BeTV, le Centre Bruxellois de l’Audiovisuel (CBA) et Casa Kafka. Il a également bénéficié du soutien du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie Bruxelles et de screen.brussels.
 
Présenté en première mondiale, Les Lunes rousses, réalisé par Tulin Ozdemir et produit par Cobra Films, est sélectionné dans la section "Persister". A 9 ans, Tuncay est arrachée à l'insouciance de son enfance au village en Anatolie. Sa grande soeur, ma mère, vit et travaille en Belgique. Elle souhaite avoir sa petite soeur auprès d'elle pour s'occuper de nous les enfants. Puis, à peine adolescente, un mariage arrangé la propulse brusquement dans les méandres de la vie. Une grossesse précoce et la soumission à une vie qu'elle n'a pas eu le temps de penser, se heurtent brutalement à ses rêves. Et, tout implose. Tuncay est précipitée dans une survie qui dure encore aujourd'hui.
Un parcours marqué par trois femmes, sa mère, sa grande soeur et sa fille. Un film portrait traversé par quatre générations et une géographie allant des steppes d'Anatolie en passant par Bruxelles, Gand, jusqu'à l'autre bout de la Terre où Pinar, sa fille, est en marche vers une nouvelle femme. Entre ici et là-bas, ma tante Tuncay est le noeud dans un tissus de femmes. C'est un portrait miroir qui reflète l'histoire de toutes les autres.
 
Produit par Cobra Films et en coproduction avec le Centre de l’Audiovisuel Bruxellois, Les Lunes rousses a été soutenu par la Fédération Wallonie Bruxelles, la RTBF et Taxshelter.be.
 
Derrière les volets, réalisé par Messaline Raverdy et produit par l’Atelier Molloy, sera présenté dans la section “World Showcase”. En coproduction avec le Centre de l’Audiovisuel Bruxellois, le film a bénéficié de l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie Bruxelles.
 
Synopsis : Une usine va être rasée. Elle porte mon nom. Je ne peux pas y entrer. C’était une fabrique de café qui appartenait à mon grand-père. Comme on me refuse l’entrée, j’enquête. Ma grand- mère habite en face. Je retrouve les ouvrières qui y ont travaillé et les carmélites qui vivent derrière. Au même moment, je tombe enceinte.
 
Dernier film belge francophone qui sera présenté lors de cette 26ème édition du Festival Hot Docs, Suspension d’audience de Nina Marissaux plonge le spectateur au coeur d’un procès d’assise. Cinq personnes étrangères à la justice se retrouvent liées malgré elles par un procès d’assises. C’est au cours des suspensions de l’audience qu’elles exprimeront leurs réactions.
 
Produit par Les APACH, ce film a reçu le soutien du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Sabam. En association avec la Haute Ecole Libre de Bruxelles – Cinéma.
 
Créé à Toronto en 1993, le Festival international canadien du documentaire Hot Docs (Hot Docs Canadian International Documentary Festival) est un des plus grand festivals de films documentaires d’Amérique du Nord, qui se tient chaque année dans l'Ontario, au Canada. La 26ème édition du Festival aura lieu du 25 avril au 5 mai.

Liens sur la thématique

Tous les articles