Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

Cultureculture.be

Pluridisciplinaire
Lectures.Cultures, La nouvelle revue de l’Action Territoriale

Actu

Lectures.Cultures, La nouvelle revue de l’Action Territoriale

La seconde édition de Lectures.Cultures vient de sortir de presse. Le digne successeur de la revue Lectures s’adresse désormais aux bibliothèques, centres culturels, PointCulture et tout assidu d’informations du monde socioculturel. Florence Richter, la rédactrice en chef de la nouvelle publication, nous présente son nouveau bimestriel.

Lectures.Cultures, une nouvelle revue ou la continuité de Lectures ?


Lectures existait depuis 35 ans et était essentiellement destinée aux bibliothèques publiques. Avec le nouvel organigramme, les bibliothèques, les centres culturels, la Bibliothèque du 27 septembre, le centre de prêt de Naninne et PointCulture sont réunis dans le Service général de l’Action Territoriale.  

Ce rapprochement était l’occasion idéale de repenser la revue et d’en élargir son contenu à l’ensemble des occupations du Service. Partant de cette idée, nous avons entamé une refonte en profondeur, avec la volonté de garder l’esprit de l’ancienne revue  qui en a fait sa richesse.

Lectures.Cultures a donc été réfléchie de manière concertée avec l’ensemble des secteurs. Même le nom a été étudié : « Lectures » fait référence à l’ancienne revue ; « Cultures » vu la diversification des secteurs concernés et le point qui relie les deux et fait référence aux PointCulture. Six mois après le démarrage du chantier, le résultat s’affiche fièrement entre les mains des lecteurs.


Quelles sont les grandes nouveautés présentes dans la revue ?


Lectures.Cultures concerne l’ensemble du monde socioculturel. Du côté des bibliothèques par exemple, les lecteurs y trouveront des articles sur les livres et sur le web. Grâce à PointCulture, c’est un ensemble de thèmes qui sont apportés, notamment au niveau audiovisuel. Quant aux centres culturels, ils apportent leurs spécificités.  

Au-delà de leur variété, les rubriques ont également évolués. La rubrique « Action », par exemple, traite des centres culturels mais pourrait bien traiter des bibliothèques. Dans le second numéro,  on a décidé de se pencher sur les actions culturelles dans les prisons.  Au niveau des dossiers, certains resteront thématiques, d’autres seront transversaux. Notre ligne éditoriale a souhaité préserver une liberté à ce sujet, sans obligation de transversalité ou d’unicité.


La nouvelle revue a-t-elle gardé une ligne éditoriale identique à la précédente ?


Lectures.Cultures propose des articles de fonds traités par des journalistes spécialisés. Peu importe si les activités dont on parle sont finies ou non au moment de la parution, notre objectif est de les faire connaître et susciter une transmission de bonnes pratiques auprès des opérateurs du secteur ou de celui voisin. Par la revue, nous proposons une base, une matière à réflexion. La rubrique « Ici et Ailleurs » du second numéro parle de la nouvelle association entre le Centre culturel de Jodoigne et la commune d’Orp-Jauche. L’article se centre sur l’actualité avec ce dépôt de projet de reconnaissance dans le cadre du nouveau décret sur les centres culturels. En proposant cet article, nous montrons une pratique nouvelle qui pourrait très bien s’appliquer à d’autres opérateurs.


Pour l’anecdote, la revue a déjà été surnommée LC ou « elle sait ». C’est la revue « qui veut tout savoir ». Tout savoir mais surtout proposer une bonne information. En ce sens, Lectures.Cultures a le souhait, par le biais de ses articles, de créer une vision à long terme dans l’évolution des secteurs et des pratiques.


Lectures.Cultures est disponible au prix de 6 euros par numéro, de 25 euros l’abonnement et gratuitement en ligne. La revue est également envoyée aux directions des centres culturels, des bibliothèques et des PointCulture.  A noter que les anciens numéros de Lectures sont disponibles gratuitement.


Qui est Florence Richter? Outre son travail de rédactrice en chef de Lectures.Cultures, Florence Richter est chercheure associée à l’Université Saint Louis-Bruxelles pour le Groupe de recherche FNRS « Droit et littérature ». Elle a travaillé dans le secteur de la criminologie avant de rejoindre le domaine culturel en tant qu’administratrice-déléguée de la tribune de conférences « Midis de la Poésie » à Bruxelles, et éditrice à La Renaissance du Livre. Elle a publié, en 2010, un essai Ces Fabuleux voyous. Crimes et procès de Villon, Sade, Verlaine, Genet (Hermann), qui a reçu le Prix Léopold Rosy de l’Académie de langue et littérature françaises de Belgique, et en 2014 le récit La déesse et le pingouin (Avant-Propos). Elle est aussi chroniqueuse à la Libre Belgique


Liens sur la thématique

Tous les articles