Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Cultureculture.be

Les Chiroux, un cinquantenaire toujours en quête de défis

En 2021, l'ASBL Chiroux, dont est né quelques années plus tard le Centre culturel de Liège – Les Chiroux, fête son cinquantième anniversaire. Depuis un demi-siècle, le Centre culturel constitue un acteur incontournable de la culture dans la région de Liège.

Un petit bout d’histoire

En créant le complexe des Chiroux en 1970, la Ville de Liège a souhaité mettre en chantier les éléments d’une politique culturelle résolument tournée vers l’avenir. Celle-ci prend réellement forme le 23 novembre 1971, date à laquelle voit le jour l'ASBL « Les Chiroux, Maison de la Culture ».

La Maison de la Culture abritera la bibliothèque, le Centre J (1972), le service Relations socioculturelles et Animation (1972), un atelier créatif, une médiathèque (1976) et Infor-Spectacles (1980). La salle de spectacle verra naître le Festival du Jeune Théâtre et les salles d’expositions accueilleront la « galerie photo », premier espace dédié spécifiquement à la photographie à Liège. Aujourd’hui encore, ces deux dimensions – jeune public ainsi que la photo et l’image – constituent deux pôles essentiels des propositions culturelles des Chiroux.

En 1988, apparait la dénomination Centre culturel de Liège – Les Chiroux. Ce changement qui s’accompagne d’une modification des statuts de l'ASBL intervient en vue de l’obtention d’une reconnaissance comme Centre culturel agréé par la Communauté française.

Aujourd’hui, le complexe est occupé par le Centre culturel de Liège « Les Chiroux » et par la Bibliothèque-médiathèque Chiroux de la Province de Liège qui déménagera prochainement.

Pourquoi Chiroux ?

L’appellation « chiroux » a été donné au complexe car le bâtiment actuel se situe à l’emplacement de l’ancienne rue du même nom. Chiroux signifie « hirondelles » en wallon.

50 ans, cela se fête !

Afin de célébrer son cinquantième anniversaire comme il se doit, le Centre culturel de Liège - Les Chiroux propose un panel d'activités de proximité durant tout le mois de septembre 2021 : expositions, ateliers et animations, conférences, circuits commentés dans le quartier, projets socio-artistiques, spectacles, concerts…. Destinées à un public familial, celles-ci sont entièrement gratuites se dérouleront en intérieur et en extérieur.

A cette occasion, le directeur du Centre culturel Les Chiroux, Jérôme Wyn, revient sur les enjeux et actions de cette institution culturelle majeure.

Quelle est la place du Centre culturel Les Chiroux dans la vie culturelle de Liège ?

Tout d’abord, il faut rappeler que Liège présente une situation particulière car nous sommes 4 centres culturels sur le territoire de la commune. En plus des Chiroux, il y a les Centres culturels de Chênée, Jupille ainsi que celui d’Ourthe et Meuse La présence de ces Centres culturels doit également être mise en perspective avec d’autres grandes institutions liégeoises. Par notre implantation géographique, nous sommes au centre de la ville et de ces dynamiques et nous développons un projet qui s’inscrit dans le partenariat avec les institutions et acteurs culturels de Liège mais qui fait également écho aux préoccupations des citoyens. Dès lors, nous développons notre action dans ce cadre tout en ayant notre identité. C’est un travail quotidien d’échanges et de co-constructions. 

Quelles sont les lignes de force de l’action des Chiroux ?

Historiquement, notre action s’articule autour de 2 pôles principaux mais non exclusifs. Tout d'abord, les actions à destination des jeunes publics et même très jeunes car notre action touche les enfants dès le plus jeune âge. . Il ne s’agit pas seulement de programmation sur scène mais également d’ateliers et d’animations. Le second pôle est la photo et l’image. Les Chiroux organisent une biennale de la photographie nommée BIP (Biennale de l’image possible). Nous avons d’ailleurs une reconnaissance spécifique dans ce domaine et cela nous permet d’organiser un événement de portée internationale. Les Chiroux proposent également un centre d’expression et de créativité et un pôle nommé Ilo citoyen qui travaille au développement de la citoyenneté mondiale. Nous avons également un pôle éducatif très actif qui développe des activités à destination de tous les réseaux d’enseignement et qui est resté très actif pendant les confinements. Nous sommes au centre de nombreuses ouvertures et points de départs qui débouchent sur une multitude de possibles.

En ce début de saison, Les Chiroux célèbrent leurs 50 ans. Un demi-siècle, c’est par nature l’occasion de faire un bilan rétrospectif et de regarder le passé. Mais si on regarde vers le futur, quels seraient les défis que vous souhaiteriez relever, pour les 50 prochaines années ? 

Il y en a plusieurs. A très court terme, notre défi c’est celui de cette période post-confinement. Si on part du principe que la situation va revenir à la normale nous devons résoudre quelques équations à commencer par le rapport au public. Même si nous avons pu conserver des activités pendant le confinement, il va falloir renouer le lien avec les publics. Ces deux années de pandémie, ont montré à quel point la culture est essentielle et nous devons travailler avec les préoccupations des habitants. Pour les Chiroux, cela signifie une plus grande ouverture du capital social du Centre culturel. Nous devons tendre à atteindre les Liégeois dans leur ensemble et aller vers des populations que l’on ne touche pas encore tout en travaillant à plus de mixité de nos publics. Cette ambition prendra plusieurs formes : initier de nouveaux partenariats, prendre langue avec des personnes ou des acteurs avec lesquels nous ne dialoguons pas encore, être à l’écoute du foisonnement culturel de la ville, être attentifs à l'émergence des nouveautés. Un autre aspect est de sortir de notre salle et de nos murs et d’aller vers les quartiers de la ville en collaboration avec les 3 autres Centres culturels  afin de rayonner à l’échelle de la cité dans les zones où actuellement il y a peu d’activités. Cette ambition est d’autant plus importante que les récentes inondations ont violemment touché certaines parties de notre ville. Il est dès lors important d’aller vers les gens, de les écouter et de travailler avec eux pour intensifier la présence et l’inclusion de la culture à travers la cité.

Retrouvez toute l’actualité des Chiroux.

En collaboration avec centresculturels.be.