Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Cultureculture.be

L’art de la construction en pierre sèche : savoirs et savoir-faire

Depuis le 25 mai 2021, l’art de la construction en pierre sèche est reconnu comme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La technique de construction en pierre sèche consiste en l’assemblage de moellons, plaquettes, dalles ou blocs de pierre bruts, en n’utilisant ni liant, ni mortier afin de construire un ouvrage stable et durable. La construction à ou en pierre sèche constitue un savoir-faire ancestral utilisé depuis des millénaires dans le monde entier. 

La transmission de ce savoir-faire s'est raréfiée en Wallonie au cours du XXe siècle pour diverses raisons : évolutions techniques et industrielles, abandon ou réorganisation de certains territoires ruraux, désintérêt et destruction d’un patrimoine immobilier oublié, savoir-faire quasiment perdu.

Plusieurs associations wallonnes (“Crêtes à cayaux” (Hainaut), “Sètches Pires” (Ardenne), “Murays” d’Houffalize) sont parvenues à recréer des liens entre les citoyens et les détenteurs de cette tradition. Les praticiens de l’art de la construction en pierre sèche, nommés “murailleurs”, forment aujourd’hui une communauté en pleine expansion.

De nombreuses initiatives visent à renseigner et sensibiliser le public mais également les professionnels à l’intérêt de cette technique de construction. Parcours-découverte, circuits des Journées du Patrimoine, supports d’expositions, brochures proposant des conseils techniques, animations à destination des écoles permettent à tous d’en savoir plus. Certains chantiers participatifs, menés avec l’aide d’organismes tels que l’asbl Compagnons Bâtisseurs, permettent également à de jeunes volontaires formés sur place de réaliser un travail de restauration. 

Parmi les attraits de la construction en pierre sèche, citons, notamment, ses atouts environnementaux tels que l’accueil de la biodiversité, l’utilisation et le recyclage de matériaux locaux, ses qualités drainantes et sa longévité. La technique est, en effet, représentative d’une relation harmonieuse entre les êtres humains et la nature.

La pratique de la construction en pierre sèche est accessible à tous. Souvent réalisée en milieu rural, elle est aussi visible ponctuellement en zone urbaine, et participe généralement à l’identité locale. La construction commune de murs en pierre sèche permet de mettre en place une dimension participative, d’entraide et de lien social. Le groupe des Sètches Pires définit d’ailleurs la technique de la pierre sèche comme “une technique sans liant mais qui crée du lien”.

Patrimoine fragile, naguère menacé et bénéficiant aujourd’hui d’une revitalisation très prometteuse, l’art de la construction en pierre sèche mérite tous les égards et soutiens afin de le pérenniser. La reconnaissance encourage la poursuite des efforts d’inventaire, de transmission et de sauvegarde sur tout le territoire de la Wallonie. Elle permet également d’entamer les démarches d’intégration au dossier multinational “L’art de la construction en pierre sèche : savoir-faire et technique”, inscrit sur la Liste représentative de l’UNESCO en 2018.

Plus d'informations sur la reconnaissance de l'art de construction en pierre sèche.