Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Cultureculture.be

9 œuvres remarquables reconnues comme Trésors par la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2019/2020

Plusieurs œuvres historiques majeures ont à nouveau été récemment reconnues comme Trésors par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette reconnaissance permet de mettre en valeur ces fleurons de notre patrimoine artistique et culturel mais surtout de mieux les protéger, d'aider à la restauration ou d'empêcher qu'ils soient vendus à l'étranger.
 
Le décret du 11 juillet 2002 permet de classer comme Trésor les biens qui présentent un intérêt notable pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans ce cadre, plusieurs œuvres dont la qualité esthétique, la rareté ou les liens avec l'histoire ne sont plus à démontrer, sont davantage valorisées grâce à ce classement.
 
Début d'année 2020, la Ministre de la Culture, Bénédicte Linard, a classé neuf œuvres très variées issues du patrimoine culturel mobilier de la FWB touchant différentes régions de notre territoire.

 

 

Le premier bien classé est une sculpture en albâtre d'un ange en prière. Datant de la fin du XIVe siècle, son origine est mystérieuse. Elle a été rapportée à une abbaye de la vallée de la Sambre pour des raisons supposées de proximité, mais aucun argument ne s'oppose à une origine plus lointaine. De plus, par sa typologie d'exception, elle semble incontestablement liée à un contexte de qualité. Une sculpture de cette typologie, de cette dimension et de cette qualité est incontestablement une pièce d'une grande rareté.


Société royale d'archéologie, d'histoire et de paléontologie de Charleroi asbl. Classement le 20 décembre 2019 

Photo Ange en prière ©IRPA-KIK, Bruxelles

167 modèles d'animaux en cire

Le second bien est original étant donné qu'il s'agit d'un ensemble de 167 modèles d'animaux en cire.
Réalisées à la fin du XIXème siècle, ces objets en cire représentant fidèlement des animaux ou des embryons d'animaux ont permis de révolutionner le quotidien des scientifiques et des étudiants en leur permettant de visualiser le développement des animaux en trois dimensions grâce à ces fidèles reproductions de la réalité.
Patrimoine didactique oublié, peu d'objets de ce type ont été si bien conservés alors qu'ils sont considérés aujourd'hui comme de véritables objets précieux. Cette collection de l'Université de Liège constitue un ensemble cohérent d'une rareté incontestable.


Aquarium-Muséum Universitaire de Liège, Classement le 20 décembre 2019
Photo 167 modèles d'animaux en cire © Aquarium-Muséum

La verrerie est mise à l'honneur avec deux biens classés en verre datant tous les deux de la deuxième moitié du XVIème siècle.

Le premier bien en verre reconnu est un gobelet aux armes de la Ville d'Anvers. A cette époque, la représentation de blasons de famille sur des récipients en verre est courante. Par contre, la représentation du blason d'une ville est rare. Seul un autre exemplaire est connu à ce jour et conservé à Stockholm.
Réalisée en véritable verre de Murano, il s'agit probablement d'une commande des hauts dignitaires d'Anvers dans un atelier de cette île vénitienne.


Musée du verre de Charleroi, Classement le 25 janvier 2020
Photo Gobelet aux armes de la Ville d'Anvers © IRPA-KIK, Bruxelles

Le deuxième bien en verre est une corne à boire de couleur vert émeraude particulièrement profond et intense. La rareté de cette teinte est à souligner. Réalisée en verre bullé, sa qualité technique exceptionnelle démontre la dextérité du verrier.
Cette corne est montée à la manière d'une cloche de table et est sommée d'une structure décorative en cuivre doré démontrant une collaboration parfaite avec un orfèvre.
De par sa couleur et sa technique, cette corne se distingue donc des pratiques de l'époque et marque son originalité.


Hôtel de Groesbeeck-de Croix- Musée des arts décoratifs, Namur, Classement le 25 janvier 2020

Photo Corne à boire © Guy Focant, Vedrin

Deux œuvres picturales d'une très grande diversité ont également été reconnues.

Le tableau intitulé Le terril a été réalisée en 1898 par Cécile Douard. Il représente des ouvrières en train de ramasser des morceaux de charbon. Dans un décor dantesque, aux couleurs sombres, les femmes bravent la poussière et jouent des coudes pour atteindre le sommet du terril où les wagonnets déversent la pierraille.
Confrontée à la misère de la classe laborieuse du Borinage, Cécile Douard est animée de préoccupations sociales. Elle veut peindre les conditions difficiles des ouvriers et en particulier celles des femmes. Son œuvre est constamment rattachée au courant du réalisme social et comparée à celle de Constantin Meunier.
D'une grande qualité de conception et d'exécution, ce tableau est également la dernière œuvre achevée avant la cécité complète de son auteur.

La Boverie, Classement le 04 février 2020
Photo Le terril  © Fédération Wallonie-Bruxelles

Le double panneau polychrome dit diptyque Palude, du nom de son commanditaire, a été réalisé entre la fin du XVème siècle et le début du XVIème siècle. Anonyme, il est fort probable qu'il soit l'œuvre d'un peintre local.
Le premier panneau illustre le martyre de saint Lambert tandis que le deuxième représente la Nativité.
Étant donné son grand intérêt artistique et historique, son excellent état de conservation et son lien séculaire avec la Cathédrale Saint-Lambert de Liège dans laquelle il était conservé, le classement de ce diptyque s'est imposé comme une évidence.


Musée du Grand Curtius, Liège, Classement le 04 février 2020
Photo Diptyque Palude © Grand Curtius

La paire de tapisseries arborant les armes d'Adrien de Croÿ, premier comte de Rœulx, a également été classée. Tissées de laine et de soie, ces tapisseries peuvent être datées du deuxième quart du XVIe siècle. Elles montrent les armes du commanditaire sur fond de bandes verticales rouges, bleues et jaunes, traitées en imitation de velours damassé.
En plus de leurs qualités intrinsèques de réalisation très soignée et de leur rareté, elles constituent un remarquable témoignage de la façon dont les nobles de la fin du Moyen Âge et des débuts de la Renaissance " emblématisaient " leur décor journalier, que ce soit au cours de leurs déplacements ou chez eux.


Centre de la Tapisserie, des Arts Muraux et des Arts du Tissu, Tournai, Classement le 04 février 2020 

Photo Paire de tapisseries arborant les armes d'Adrien de Croÿ © TAMAT Photo Paul Mayaert

Une extension de reconnaissance concerne le troisième album photographique dit " de Saint-Paul de Sinçay " conservé par l'Université de Liège. Les deux premiers, exposés au Musée de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège, ont été classés en 2012. Ces albums sont des répertoires photographiques des métiers exercés dans les usines à zinc de la SA de la Vieille Montagne (Angleur-lez-Liège). Réalisé dans les années 1860 à l'initiative de la société, ce corpus compte deux albums consacrés aux employés et cadres de l'entreprise (en tenue de ville) contre un seul pour l'ensemble des ouvriers (en vêtements de travail et envisagés selon une typologie des fonctions). Le patronyme, la profession et l'usine où travaille chaque portraituré figurent sous la photo. Ce troisième album vient compléter un ensemble constituant un témoignage précieux de l'histoire économique, industrielle et sociale de la région.


Centre d'Histoire des Sciences et des Techniques, Université de Liège, Classement le 27 février 2020 

Photo Troisième album photographique dit " de Saint-Paul de Sinçay ​" © Fédération Wallonie-Bruxelles

Le dernier bien classé est une sculpture en bois polychromé représentant une Vierge assise sur un trône, portant l'Enfant Jésus sur ses genoux. Datant du dernier quart du XIème siècle, cette Sedes Sapientiae présente un style et une iconographie très archaïque. Outre son ancienneté et son intérêt artistique, un des intérêts majeurs de cette statuette, étonnamment méconnue, est d'être conservée dans la localité Tongre-Notre-Dame depuis 1081. Elle est attachée à un pèlerinage à la Vierge qui s'y déroule en continu depuis la même époque.


Basilique Notre-Dame de Tongre, Tongre-Notre-Dame, Classement le 27 février 2020 

Photo Sedes Sapientiae © Morlanwelz, Musée royal de Mariemont. Cliché Michel Lechien


En savoir plus sur la protection du patrimoine mobilier