Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Cultureculture.be

ISELP - Institut Supérieur pour l'Étude du Langage Plastique

L’INSTITUT 

Fondé à Bruxelles en 1971 par Madame Gyta BrysSchatan, l’Institut Supérieur pour l’Etude du Langage Plastique est une plateforme discursive dédiée aux arts contemporains émergents, un centre d’art et de recherche dont l’objet est de penser et de donner à penser l’art contemporain émergent. Il se conçoit comme un espace alternatif et expérimental qui réunit en son sein et fait dialoguer une pluralité de voix, de langages et de médiums en les faisant cohabiter et échanger. Son programme est tout autant prospectif, discursif, qu’ouvert aux différents champs de la connaissance et formes artistiques : histoire de l’art, sciences humaines et sciences dures, littérature, photographies, peintures, sculptures, dessins, vidéos, films, installations, etc. Pour le réaliser, l’Institut, avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, met en œuvre des formats et espaces multiples : centre de documentation, blogs, conférences performées, cycles d’initiations, tables rondes, débats, lectures, workshops, excursions, expositions, publications, résidences, ateliers, etc. Cette diversité d’approches et d’activités fait la force et la singularité de son programme pour tous ceux qui le traversent, le nourrissent et l’habitent : la scène artistique, les chercheurs, les étudiants et, non des moindres, LES PUBLICS, car ce sont pour eux et par eux que l’Institut s’anime et s’active.

UN GRAND VAISSEAU

L’ISELP occupe à Bruxelles un site classé Patrimoine de la Région de Bruxelles-Capitale, dans le cadre d’une convention d’occupation signée avec la Fédération Wallonie-Bruxelles qui en dispose suivant un bail emphytéotique. Ces anciennes écuries du Palais d’Egmont, construites en style néoclassique par Tilman-François Suys en 18301832, se situent de part et d’autre du Passage de Milan reliant le boulevard de Waterloo du Haut de la Ville au Parc Egmont. Grâce au soutien de la Fédération, trois importants chantiers ont eu lieu : une rénovation en 1975, une première extension en 1999 et une seconde extension en 2011 pour déployer les espaces du Centre de documentation, par le bureau d’architecture Lelubre & Libois. La singularité architecturale de ce lieu néoclassique fonctionnel, sorte de grand vaisseau nervuré et ajouré de grandes baies vitrées, s’accorde avec l’unicité de l’ISELP dans le paysage institutionnel bruxellois comme lieu et contexte de productions d’art, de paroles et de recherche. Par conséquent, c’est en partant des dimensions spatiales et du contexte urbain du bâtiment que se développe l’ensemble des activités selon une logique de projets artistiques in-situ. 

UN LIEU UNIQUE À BRUXELLES

Disposant ainsi d’une situation privilégiée au cœur de Bruxelles, à la fois capitale de la Belgique et capitale européenne, dans une ville métissée en pleine effervescence, l’ISELP invite le public local et transitoire à découvrir la richesse de la création artistique en Belgique à l’aune du développement géopolitique de l’Europe. L’une de ses spécificités reste néanmoins son attachement aux acteurs contemporains (artistes, théoriciens, critiques, créateurs, institutionnels, etc.) travaillant en Communauté française. Un accent tout particulier est aussi porté sur quelques grands projets rayonnants, initiés et réalisés en collaboration et en partenariat avec d’autres institutions à un niveau national et international, dans et hors les murs, et sur l’inscription de l’Institut dans des programmes mettant en synergie plusieurs acteurs culturels à l’échelle de la ville.

Reflétant l’ancrage européen de la scène artistique émergente, installée ou traversant ce que l’on nomme Bruxelles-Capitale, l’Institut se prépare ainsi pour être un acteur déterminant du rayonnement de la culture francophone dans le cadre de Bruxelles capitale européenne de la culture à l’horizon 2030.

UN CENTRE D’ART ET DE RECHERCHE

L’une des missions principales de l’Institut est de développer une approche prospective du monde et de la société à la croisée des disciplines, pour que, venir à l’ISELP, signifie éprouver la manière dont l’art aborde des questions sociétales en expérimentant 

les multiples facettes de l’art contemporain, mais aussi les discours qu’il engendre. En bref : améliorer l’existence et créer du lien. Pour ce faire, il ne s’agit pas seulement d’offrir les conditions optimales pour qu’une monstration et une réflexion puissent rencontrer son public, il s’agit aussi et surtout de lier et de connecter un ensemble de propositions et d’acteurs entre eux, à l’aide d’une programmation cohérente, suffisamment large et spécifique, pour générer des moments de rencontres, des rendez-vous, des projets et des débats avec et autour d’artistes, de critiques et de théoriciens personnifiant de multiples pratiques culturelles et approches de l’art.

Les grands axes de la programmation s’articulent autour de grands axes thématiques qui se déploient sur toute une année, introduisant une dynamique performative de programmation qui ne différencie plus la monstration de la parole ou de la médiation et mêle allégrement les projets, les temporalités et les espaces. Cette pluralité mixée d’approches forme le pouls de l’Institut. Au rythme des saisons, l’ISELP présente ainsi différentes perspectives artistiques sur un même sujet, à travers des expositions thématiques, des projets monographiques et résidences, des festivals ou manifestations performatives, expérimentales et réflexives qui regroupent un certain nombre d’artistes et intervenants belges et étrangers, jeunes talents et artistes confirmés.

CENTRE DE LA PAROLE 

Si l’art s’ancre dans la vie, dans la diversité des espaces et des contextes, c’est en se montrant, en existant par ses modalités propres, en sollicitant de multiples sens, les affects, la pensée. Mais pour exister vraiment, se prolonger, s’étendre, déployer ses significations et en générer de nouvelles, l’art doit s’animer de paroles et susciter rencontres et débats. C’est le rôle de l’écriture, des conférences, colloques, tables rondes, visites guidées, animations, etc. 

Axe central de la démarche transversale de l’ISELP, cette parole se distribue dans différents registres qui vont de l’initiation aux conférences magistrales ou ses formes hybrides (conférences performées, films d’artistes, projections, etc.) creusant, par des voies diverses, l’étendue d’un sujet, en passant par des mises au point confrontant ou associant des points de vue et expériences sur des questions d’actualité et des lectures de textes essentiels ayant marqué durablement notre temps et imprégné les pratiques artistiques. 

RECHERCHE / PUBLIER, C’EST RENDRE PUBLIC. 

La recherche à l’Institut prend différents visages : l’édition, la librairie, la pratique du salon de lecture, le Centre de documentation. Tous ces espaces sont dédiés à la recherche, dans le sens où c’est là que la recherche venue de tous les horizons se diffuse. L’ISELP envisage donc la publication comme un espace de discussion, de débat, sur et en écho avec les productions artistiques contemporaines. Entendue comme une forme de parole publique, l’édition se déploie sous un nombre infini de formes dans son espace librairie : Patch magasine, livret/catalogue, ouvrage, actes de colloque, multiples, journaux, posters, mais aussi blog, lectures, performances et diffusion d’éditions d’artistes (sérigraphies, objets édités, livres, posters etc.).

LE CENTRE DE DOCUMENTATION

Suite à la fermeture du Centre d’art contemporain de l’avenue des Nerviens à Bruxelles, l’ISELP a été désigné par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour gérer le Centre de documentation des arts plastiques dont l’activité fut maintenue sur le site. Depuis lors, l’ISELP propose aux lecteurs (plus de 500) le fonds en arts plastiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le fonds en photographie de l’asbl Contretype, ainsi qu’un fonds spécialisé et généraliste en art contemporain et art public développé depuis la création de l’Institut (11.417 livres et catalogues internationaux, plus de 5000 dossiers et 2000 archives sur les artistes belges, des dossiers thématiques et de nombreux titres de revues spécialisées). Depuis les 

travaux d’extension en 2011, le Centre occupe une aile entière du bâtiment, accessible aux lecteurs du lundi au vendredi de 9h30 à 17h30, détient son propre portail internet et est géré par une documentaliste professionnelle (Michèle Stanescu). Plus qu’un outil pour l’Institut, il détermine en grande partie son axe de recherche, son enregistrement et sa qualité. Il est une ressource non seulement pour le public, les étudiants, professeurs et chercheurs qui viennent le consulter de toute la Belgique, mais aussi pour la constitution du programme de l’Institut. Nous alimentons et actualisons régulièrement les différents Fonds par des achats d’ouvrages (10.000 € par an), mais aussi par des actions artistiques et de diffusion qui viennent enrichir les archives et la mémoire de l’art contemporain.

MÉDIATION / LES PUBLICS 

Véritable lien avec le public et vecteur de transmission de connaissances et de savoirs, le programme de médiation de l’ISELP est un axe important dont l’objectif est de nourrir l’esprit critique de chacun face à la réception des œuvres d’art (et de ses discours) et de mettre directement les jeunes en contact avec les artistes et la création afin de développer leur regard et leur ouverture d’esprit, à travers notamment des ateliers et workshop créatifs (YOU ART KIDS et visites thématiques), des visites commentées et ateliers d’initiation à l’art contemporain à l’école, une association aux programmes d’Agrégation des Arts Plastiques de plusieurs écoles supérieures bruxelloises et de multiples actions artistiques dans le champ de l’enseignement.

 

Retrouvez l’article complet dans le FOCUS 2017

Plus d’infos sur l'ISELP : https://iselp.be/fr 


     

     

     

ABC des démarches

Vous êtes...