Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Cultureculture.be

Raoul Warocqué et le Musée royal de Mariemont : 100 ans d’histoire

Le Musée royal de Mariemont est un musée d’art et d’histoire dont l’existence est indissociable du nom de Raoul Warocqué (1870-1917). Riche industriel et homme politique hainuyer, ce collectionneur passionné (Égypte, Grèce et Rome antiques, histoire et archéologie régionales, Extrême-Orient, porcelaine de Tournai, livres…) légua à l’État belge son château avec tous ses biens et son Domaine. Cette année marque le centenaire du décès de Raoul Warocqué et la célébration de son remarquable acte de générosité.

Programme complet des activités du Musée en lien avec cet anniversaire.

 

  • La dynastie Warocqué et le charbon

Le nom de Warocqué évoque immanquablement, au XIXe siècle, une dynastie d’entrepreneurs qui a fait fortune dans le charbon. Raoul ; orphelin de son père à l’âge de dix ans, se retrouve à sa majorité à la tête d’une fortune considérable, fruit du travail harassant de centaines de gueules noires. Se tournant vers d’autres charbonnages (Courcelles-Nord, Ressaix et Grand-Hornu), Raoul Warocqué n’hésite pas à souscrire aux participations de plusieurs sociétés qui se préparent à exploiter les mines de Campine. Sa mort, en 1917, ne permettra pas à celui qui était devenu président de l’Association des concessionnaires d’assister à la toute première extraction de houille limbourgeoise. Par ailleurs, ce grand propriétaire terrien de la région du Centre prend aussi des participations nombreuses dans d’autres secteurs d’activités tant en Wallonie qu’à l’étranger (énergie, aciérie, chemin de fer, etc.). Il se détourne cependant de l’entreprise coloniale.

  • Raoul Warocqué, un homme politique

Patron philanthrope et paternaliste, franc-maçon affichant un anticléricalisme radical, patriote et royaliste, Raoul Warocqué se lance en politique. À l’Université libre de Bruxelles où il étudie le Droit pendant quatre ans, il fait partie de la Jeune Garde libérale. Dans le Hainaut, il encourage la création de sections libérales et, en 1896, il se fait élire conseiller provincial du Hainaut (1896-1900). En 1900, il est tour à tour élu député de l’arrondissement de Thuin (1900-1917) et conseiller communal de Morlanwelz. D’emblée, il devient le bourgmestre de l’entité (1901-1917). Il s’appuie également sur un journal, Les Nouvelles, qu’il a créé. Réduit à l’opposition durant toutes les années passées à Bruxelles, il est un parlementaire discret qui dépose quelques propositions de lois à caractère social tout en s’opposant au droit de grève; ses interventions les plus remarquées concernent la reprise du Congo, le service militaire, l’instruction obligatoire et... les charbonnages. Inscrivant sa philanthropie et son mécénat dans une même perspective politique, il fait ouvrir des chauffoirs à Bruxelles (1891) avec distribution de soupe et de pain, il accorde des dons à l’Université libre de Bruxelles (pour la construction de l’Institut d’anatomie), soutient l’École des Mines et fonde l’Institut commercial des Industries du Hainaut (qui deviendra la Faculté Warocqué de Sciences économiques au sein de l’Université) à Mons, ainsi que l’Athénée du Centre (à Morlanwelz), un orphelinat, une crèche, une maternité... Il apporte encore sa quote-part généreuse dans l’organisation des expositions universelles de Bruxelles (1897 et 1910) et de Charleroi (1911).

  • Raoul Warocqué, un collectionneur belge

Grand voyageur (Russie, Chine, Japon, Egypte, Indes, ainsi qu’en Europe), Raoul Warocqué est aussi un grand collectionneur, amateur d’antiquités et d’archéologie (Egypte, Grèce, Rome, mérovingien…). Conseillé par quelques grands spécialistes de son temps, Warocqué achète aussi selon ses coups de cœur qui composent actuellement les collections du Musée de Mariemont. Porcelaines, sculptures, livres précieux, objets de fouilles, médailles… devaient être cédés aux tout jeunes Musées royaux d’Art et d’Histoire : célibataire, le dernier de la lignée Warocqué en avait décidé ainsi. Mais quand un ministre catholique refuse la nomination du brillant Franz Cumont à l’Université de Gand parce que libéral, Raoul Warocqué change d’avis et décide que tout son patrimoine restera à Mariemont. Agrandi pour accueillir les nouvelles acquisitions, le château familial est détruit par un incendie en 1961 et c’est dans un bâtiment moderne, construit dans la vaste propriété, que se développent actuellement les activités du Musée de Mariemont, autour des pièces étonnantes et disparates de la collection Warocqué. Parmi les trésors artistiques du musée se trouve une riche et unique collection de porcelaine de Tournai, une importante collection d'objets provenant de Chine, ainsi que des vases et des statues de la civilisation hellénique.

Source : http://connaitrelawallonie.wallonie.be

Site web du Musée royal de Mariemont

 

 

 


     

     

     

ABC des démarches

Vous êtes...

Focus Culture - Faits et tendances