Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Cultureculture.be

56 projets de films aidés lors de la 1re session 2021 de la Commission du Cinéma

08.07.2021 10:08 Il y a : 102 days

21 longs métrages, 10 courts métrages, 22 documentaires de création et 3 Films Lab sont soutenus par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel.


Les propositions de soutien avancées lors de la première session 2021 par la Commission du Cinéma ont été approuvées par la ministre des Médias et de la Culture du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Bénédicte Linard.

3,424 millions d’euros sont attribués à 56 projets de films qui reçoivent une promesse d’aide à l’écriture, au développement ou à la production. Pour rappel, les aides à la production des films d’initiative belge francophone sont majorées de 20 % depuis 2020 afin de faire face aux problèmes de financement liés à la pandémie.

21 Longs métrages

3 longs métrages belges francophones sont soutenus à la production cette session: Pablo Muñoz Gomez adapte son documentaire Intégration Inch’Allah dans une fiction homonyme, sur 4 primo arrivants arabophones qui, pour tenter de reconstruire leur vie en France, doivent suivre 200 heures de français et ainsi valider leur “Contrat d’Intégration Républicain”. Après plusieurs courts métrages remarqués, Valentina Maurel passe au long métrage avec Jardin en Llamas, sur l’histoire d’Eva, une adolescente faisant face aux conséquences du divorce de ses parents. Les nouvelles aventures de l’un des milliardaires les plus célèbres du neuvième art seront, quant à elles, réalisées par Olivier Masset-Depasse dans Largo Winch : le prix de l’argent.
 
3 productions d'initiative étrangère sont également aidées, dont École de l’air, le nouveau film de Robin Campillo après 120 battements par minute, ainsi que 2 coproductions CCA-VAF, dont Close de Lukas Dhont (Girl).
 
4 projets sont soutenus au développement artistique : Maldoror de Fabrice du Welz sur Paul Chartier, jeune gendarme qui va sombrer dans l’obsession alors que l’opération visant à surveiller les agissements d’un délinquant sexuel notoire vire à l’échec ; Parricide de Bilall Fallah et Adil El Arbi, une adaptation du roman “Straks doet het geen pijn meer” de Dirk Bracke, basé sur une histoire vraie ; la comédie La vie nouvelle de J-Y Machond de Stefan Liberski et Sunshine, premier long métrage de Chloé Léonil.
 
9 longs métrages sont aidés à l’écriture : après Fils de Plouc, Harpo et Lenny Guit suivent Armande, une jeune femme addicte au jeu d’argent dans La jouerie, tandis que Sung A-Yoon (Overseas) passe à la fiction avec La verrière, sur la rencontre entre Blanche, une adolescente introvertie de 15 ans, et Mina, une travailleuse domestique philippine sans-papiers. Ann Sirot et Antoine Cuypers font, eux, équipe pour raconter l’histoire de deux orphelins livrés à eux-mêmes dans Un conte merveilleux.

22 documentaires de création

Parmi les 9 documentaires de création belges francophones aidés à la production, Joachim Thôme dresse dans Orlando le portrait de Roland de Lassus, un musicien considéré comme le plus grand compositeur européen du 16e siècle, et Aline Magrez s’interroge, dans Queerying nature : le récit animalier est-il l’écho de notre société ? Mary Jimenez et Bénédicte Liénard reçoivent, elles, une aide après réalisation pour Au-delà du noir, qui prend place au large des côtes tunisiennes, alors qu’une médecin légiste examine le corps d’un jeune naufragé.

2 documentaires sont soutenus au développement : La dernière rive de Jean-François Ravagnan et Le paradoxe du stress de Marie Mandy.
 
5 projets de documentaires sont aidés à l’écriture : dans Des maux dans la tête, Agathe Corniquet met en images, grâce à la technique du jeu de sable, les émotions et ressentis des enfants sur la pandémie, tandis que, dans From screen to canvas, Nina Dagraeve se focalise sur l’influence du cinéma dans la peinture figurative à travers trois artistes contemporains.

10 courts métrages

Au niveau du format court, 7 projets d’initiative belge francophone sont aidés à la production. Noémie Marsily passe de la bande dessinée à l’écran avec Ce qui bouge est vivant, une introspection quasi immobile sur le fait de devenir maman, tandis que Maxime Pistorio suit, dans Green-fit, l’histoire de Xavier, qui s’inscrit dans une salle de sport gratuite. Or, quand c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit…
3 courts d’initiative étrangère sont également aidés cette session.

3 Films Lab

Enfin, 3 Films Labs sont soutenus à la production, dont Eaux souterraines de Nicolas Graux et Quy Truong Minh.

Télécharger la liste complète des films aidés lors de la 1re session 2021

Contact

Cabinet Bénédicte Linard
Florence Colard - florence.colard(at)gov.cfwb.be 
Commission du Cinéma
Thierry Vandersanden - thierry.vandersanden(at)cfwb.be 
Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel (presse)
Laura NANCHINO - laura.nanchino(at)cfwb.be