Portail officiel de la culture en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Cultureculture.be

Trois nouvelles reconnaissances pour le patrimoine immatériel

03.09.2021 12:23 Il y a : 45 days

Depuis le 30 août 2021, l’abissage en Ardenne Belge, la Grande procession de Tournai et le Lapin du lundi perdu sont reconnus comme chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à l’initiative de la ministre de la Culture Bénédicte LINARD.


La Fédération Wallonie-Bruxelles continue à soutenir le patrimoine culturel immatériel. Ce patrimoine vivant s’exprime aussi bien dans les sciences et techniques, dans les fêtes rituelles que dans les traditions gastronomiques, comme en témoignent ces trois nouvelles reconnaissances.

Abissage, irrigation traditionnelle des prairies en Ardenne belge

L'abissage est une technique agricole d'irrigation de prairies. Elle consiste à dévier un cours d'eau dans une rigole créée à cet effet, en vue de l'amener en amont des prairies à irriguer. Le canal est obstrué aux endroits où l'agriculteur souhaite faire couler l'eau dans la prairie. Cette eau est éventuellement récoltée dans un canal situé en aval.

Des traces de cette pratique ancestrale sont encore observables dans toute l’Ardenne belge et notamment dans plusieurs communes des Provinces de Liège, du Luxembourg et de Namur. Cependant, un seul canal d’abissage est encore en activité. Il est situé à proximité du village de Cierreux, dans la commune de Gouvy, au nord de la Province du Luxembourg.

La transmission de ce savoir-faire s'est raréfiée en Wallonie au cours du XXe siècle. Depuis 2013, une poignée de passionnés ont recréé des liens entre les détenteurs de cette tradition et les institutions et associations qui soutiennent l’initiative et se mobilisent pour en assurer la survivance. Les praticiens forment aujourd’hui une communauté en pleine expansion et on observe petit à petit des initiatives de restauration de canaux dans plusieurs communes de Namur et du Luxembourg.

L’abissage résulte de l’observation minutieuse de l’environnement. C’est une forme durable de la gestion des prairies et des ressources en eau. Elle contribue à la conservation de la biodiversité et peut faciliter l’adaptation aux changements climatiques en luttant efficacement contre la sécheresse. Même si l’abissage utilise des moyens techniques plutôt simples, il nécessite des connaissances approfondies, théoriques et surtout pratiques, en matière de gestion des prairies et d’ingénierie agricole. 

En raison de ses valeurs patrimoniale et écologique, l’abissage est un ambassadeur remarquable des liens étroits qui unissent le patrimoine et la nature.

Pour de plus amples informations :
Pierre LUXEN, Bergeval 26 à 4980 Trois-Ponts - 0477.277.449 - pierreluxen(at)gmail.com  
Plus d’informations sur la reconnaissance de l’abissage

La Grande Procession de Tournai

La Grande procession de Tournai remonte au XIe siècle. Elle a un triple aspect : religieux, historique et artistique. Depuis plus de neuf siècles, une fois par an, la Grande Procession parcourt les rues de la ville (actuellement le 2e weekend de septembre) en l’honneur de la Vierge Marie.

Elle est constituée d’une succession de groupes costumés portant des statues et reliquaires vénérés dans les églises de Tournai et du Tournaisis, richement fleuris, et entrecoupés de groupes musicaux et historiques. La procession actuelle est composée de six parties bien distinctes représentant l’évolution de l’histoire religieuse de la cité aux cinq clochers. Elle se clôture par les groupes de la cathédrale avec la statue de Notre-Dame la Brune et les prestigieuses châsses reliquaires des Damoiseaux, de Saint-Eleuthère et de Notre-Dame Flamande. Ces deux dernières châsses sont classées comme « trésors de la Fédération Wallonie-Bruxelles ».

On dénombre aujourd’hui 900 participants au cortège et plusieurs milliers de spectateurs. Depuis de très nombreuses années, le comité organisateur s’attache à transmettre au mieux ce patrimoine, notamment en ouvrant l’accessibilité aux rôles de porteurs, commissaires ou autres volontaires, aux dames comme aux hommes, aux enfants comme aux adultes, aux pratiquants catholiques comme aux tenants d’autres rites ou encore aux non-croyants. La plupart de ces volontaires participent par tradition mais aussi par amitié avec des porteurs, des membres du comité… c’est ce qui explique le mieux la diversité des participants et l’attachement des Tournaisiens à leur Procession.

Pour de plus amples informations :

Pierre Vanden Broecke, président de l’ASBL Grande Procession de Tournai : 069 233607 / 0497 803 520 - pierre.vandenbroecke(at)skynet.be  
Plus d’informations sur la reconnaissance de La Grande Procession de Tournai  

Lapin du lundi perdu de Tournai, savoir-faire gastronomique et convivialité

La ville de Tournai est également mise à l’honneur à travers la reconnaissance d’une pratique culinaire et conviviale tout à fait originale : Le Lundi perdu ou Lundi parjuré.

Il s’agit d’une fête traditionnelle qui se déroule le lundi qui suit l'Épiphanie. Depuis le milieu du 19e siècle, les Tournaisiens la considèrent comme leur troisième réveillon. Au cours du repas familial, où l'on se doit de manger du lapin, un roi de table est désigné : les convives tirent au sort les billets des rois pour connaître le rôle que chacun aura à tenir pendant le repas. Il existe 16 rôles différents (roi, fou du roi, valet, verseur, cuisinier, portier, laquais, etc.)

Le menu est codifié et traditionnel. Pour animer le repas, il existe de nombreuses chansons patoisantes faisant référence aux lapins (et chats !) du lundi parjuré. Elles sont reprises à la cantonade pendant le repas et font partie intégrante du rituel.

La communauté est extrêmement vivace et peu de foyers tournaisiens ne consomment pas lapin aux alentours de l’Epiphanie. La tradition n’est plus uniquement familiale mais s’observe dans les collectivités (maisons de repos, hôpitaux, cantines scolaires, mess d’entreprises, etc.).

Début janvier, la tradition est surtout au cœur de toutes les conversations : la semaine du Lundi perdu, les Tournaisiens  « parlent lapin ».

Au cours du souper du Lundi perdu, il règne un esprit de camaraderie entre les convives. L’aspect festif du souper promeut le dialogue, la convivialité et un esprit d’ouverture que tous transmettent au sein de leur groupe, de leur famille, de leur quartier.

Cette pratique familiale démontre que les savoir-faire gastronomiques font aussi, et de belle manière, partie du patrimoine culturel.  

Pour de plus amples informations :
Jacky Legge, conservateur du Musée de Folklore et des Imaginaires de Tournai, 0497 708 565 - jacky_legge(at)maisonculturetournai.com
Plus d’informations sur la reconnaissance de Le lapin du lundi perdu de Tournai

En savoir plus sur le patrimoine immatériel et sa reconnaissance

Le patrimoine immatériel réunit les gestes, savoir-faire, modes d’expressions, transmis de génération en génération, qui procurent un fort sentiment d’identité et de continuité à ceux qui le pratiquent et le partagent. On y retrouve notamment les langues endogènes, les rituels et événements festifs, les pratiques culturelles associant l’homme à la nature, les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Une reconnaissance au titre de chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel est surtout symbolique. Néanmoins, elle permet souvent de défendre et de promouvoir l’élément mis en lumière, en garantissant son authenticité. En outre, elle contribue à sensibiliser les pouvoirs locaux et le grand public à la valeur du patrimoine vivant. Plus largement, cette sensibilisation aux gestes et savoir-faire, transmis de génération en génération, permet de mieux les partager et les renouveler. La reconnaissance est symbolique mais cruciale pour leur sauvegarde.

Contacts Presse

Cabinet de la ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles : Lauriane Douchamps, porte-parole - 0478 98 59 96 - lauriane.douchamps(at)gov.cfwb.be 

Administration générale de la Culture : Vanessa Pitaels – 0499 54 38 14 – presse.culture(at)cfwb.be